PARTAGER

Neymar a démontré ses qualités de showman ce dimanche pour sa première au Parc des Princes avec le PSG en L1. Face à Toulouse (6-2), le Brésilien a mis le feu par son efficacité mais aussi son aptitude à faire le spectacle. Avec un tel artiste, la L1 devrait se régaler cette saison.

C’était annoncé depuis sa signature. Mais ça a sauté aux yeux ce dimanche : le championnat de France possède maintenant l’un des artistes les plus spectaculaires de la planète football à l’heure actuelle. C’est simple : la première division française n’a jamais possédé dans ses rangs un joueur capable de faire autant le show. Si ses dribbles en ont fait fantasmer plus d’un, Ronaldinho était encore trop jeune lors de son passage. Malgré ses gestes venus d’ailleurs, Zlatan Ibrahimovic ne jouait pas dans la même catégorie. Et Chris Waddle n’avait pas le même statut. Il serait possible d’en citer d’autres, qui nous échappent peut-être. Il n’empêche, Neymar, c’est autre chose.

« Ça fait du bien au foot de voir ça, cette classe. »

« Neymar, c’est un dessin animé. C’est Olive et Tom », a ainsi résumé Marco Verratti en zone mixte. Pour sa première sur le pré parisien, l’international auriverde de 25 ans a en effet donné l’impression de venir d’une autre dimension. Il y est parvenu en illuminant le jeu presque à chaque fois qu’il a eu le cuir entre les pieds et en accélérant le rythme pour mettre à mal la défense toulousaine. Le bloc du TFC, qui n’avait pas pris de buts la saison passée contre le PSG, n’a pu que constater les dégâts. Et sur chacune de ses actions, le stade a frissonné. Pour plusieurs raisons.

Neymar a fait lever le stade grâce aux différentes actions, où il a permis à son équipe de marquer. Comme en témoignent ses deux réalisations, ses deux passes décisives et son penalty obtenu, il est redoutable d’efficacité. Mais le crack sait aussi faire monter la température avec des gestes de classe. Son festival dans la surface sur son deuxième but l’a démontré tout comme son coup du sombrero sur Corentin Jean dans les arrêts de jeu. Même Pascal Dupraz, l’entraîneur de Toulouse, a été sous le charme : « Cette inspiration-là, en tant que modeste joueur, je ne l’aurais pas eue. Si je me départis de mon côté partisan, d’entraîneur du TFC, ça fait du bien au foot de voir ça, cette classe.« 

Histoire de rendre une copie encore plus parfaite, le natif de Santos a aussi profité de l’occasion pour rappeler qu’il était un communiquant d’exception. En empruntant à Blaise Matuidi sa célébration de « charo » pour lui « dédier » son premier but, il a signé un petit clin d’œil qui plaira autant au vestiaire parisien qu’au public du Parc. Ce dernier n’avait peut-être pas besoin de ça pour être conquis. Après cette soirée, il sait qu’il devrait être gâté en termes d’émotion et de show cette saison. Ce dimanche soir, les fans parisiens ont eu un avant-goût très alléchant de ce que ça peut donner d’avoir Neymar sur ses couleurs. Et beaucoup doivent estimer ce dimanche soir que ça vaut bien 222 millions d’euros.

Commentaires

commentaires

PARTAGER

SANS COMMENTAIRES

Laisser un commentaire