Mondial 2018: Messi et Ronaldo s’en sont allés, la fin du règne...

Mondial 2018: Messi et Ronaldo s’en sont allés, la fin du règne sur le Ballon d’Or ?

PARTAGER

Impuissants lors des huitièmes de leurs sélections respectives, les deux stars quittent le Mondial prématurément et par la plus petite des portes et pourraient même faire une croix sur le Ballon d’Or.

C’est une conséquence secondaire mais paradoxalement majeure de ce samedi 30 juin 2018. Dix Ballons d’Or ont quitté la Coupe du monde. Dix condensés en deux hommes. Deux surhommes plutôt : Lionel Messi et Cristiano Ronaldo.

L’histoire ne fait pas de sentiment. Elle les attendait au tournant mais ils ont raté le virage. Ce 30 juin, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo ont probablement perdu le Ballon d’Or. Et sûrement disputer les dernières minutes de leur histoire dans la plus belle des compétitions. Au Qatar, en 2022, Messi aura 35 ans tandis que Ronaldo aura 37 ans…

Le système favorise les stars du Mondial

Pour autant, perdre tôt en Coupe du monde n’a pas empêché Lionel Messi de remporter la plus belle récompense individuelle en 2010. Au nez et à la barbe des champions du monde espagnols, Iniesta et Xavi. En 2014, Cristiano Ronaldo avait bien soulevé le trophée alors que l’Allemagne avait mis le monde à ses pieds. Oui, c’est vrai. Mais ce n’est plus le cas.

En reprenant les exemples les plus récents, force est de constater que pour être sacré, mieux vaut ne pas se rater au Mondial. En 1994, Hristo Stoichkov, auteur d’une campagne magnifique, soufflait le trophée à Roberto Baggio, lui aussi splendide. En 1998, pas besoin de vous faire un dessin, les deux coups de boule (dans le ballon) de Zidane en finale ont fait basculer la balance de son côté. En 2002 ? Les 8 buts de Ronaldo ont empêché tout débat tandis que le dernier défenseur sacré s’appelait Fabio Cannavaro, capitaine d’une Italie championne du monde en 2006.

Autrement dit, ça sent très mauvais pour le duopole Messi – Ronaldo. Même si le Portugais, à la faveur d’une nouvelle campagne complètement folle en Ligue des champions, garde pour l’instant une longueur d’avance sur la concurrence. Mais 2018 pourrait mettre un terme à leur folle domination sur le trophée. Reste à déterminer l’identité d’un successeur.

Qui pour reprendre le flambeau ?

Car finalement, en 2014, c’est l’absence de stars dans cette équipe allemande qui avait poussé le Ballon d’Or sur la cheminée de CR7. Dès lors, le grand jeu des favoris à la succession va être lancé. Un homme est clairement désigné pour prendre la suite ces dernières années : Neymar Jr Mais le Brésilien, absent pendant de longs mois avec le PSG, va devoir hausser son niveau de jeu en Russie et porter la Selecao au sommet s’il veut espérer mettre fin au règne Messi-Ronaldo.

D’autres outsiders? En pagaille : Eden Hazard Edinson Cavani, Isco ou Sergio Ramos pour les Espagnols, Luka Modric chez les Croates ou même Harry Kane chez les Anglais.

Une seule solution pour la révolution : être le maillon fort de l’équipe qui terminera au sommet du football mondial. Il n’empêche, ce 30 juin est une première étape : pour la première fois depuis 2010, on envisage sérieusement que le Ballon d’Or échappe aux deux monstres sacrés du football mondial. C’est dire à quel point ces huitièmes sont à marquer d’une pierre blanche. Blanche dorée, évidemment…

Commentaires

commentaires