Marseille confie son avenir à Villas-Boas

Marseille confie son avenir à Villas-Boas

PARTAGER

Marseille a trouvé son nouvel entraîneur, il s’agit d’André Villas-Boas, l’ancien coach de Porto et Chelsea. Le Portugais s’est engagé pour deux ans avec le club phocéen qui n’a donc pas trainé pour trouvé un successeur à Rudi Garcia.

L’OM n’a pas trainé. Moins d’une semaine après le départ de Rudi Garcia, Marseille a officialisé l’arrivée d’André Villas-Boas. Le technicien portugais s’est engagé pour deux saisons. Présent dans la cité phocéenne ce mardi, l’ancien coach de Porto, Chelsea et Tottenham va donc incarner la deuxième phase du projet McCourt. En lui confiant les rênes, l’OM prouve qu’il n’a pas perdu toute son ambition. Le CV de Villas-Boas est très épais. Champion du Portugal et de Russie, vainqueur de la Ligue Europa en 2011, 120 matches de Premier League dirigés avec les Blues ou les Spurs, il a longtemps été présenté comme le successeur de José Mourinho.

Villas-Boas est « un entraîneur à la fois jeune et déjà très expérimenté« , s’est félicité dans un communiqué le président marseillais, Jacques-Henri Eyraud, vantant les mérites d’un homme qui « possède une parfaite connaissance des exigences du très haut niveau« . « La philosophie et l’approche du jeu d’André Villas-Boas s’alignent sur ce que nous souhaitons pour l’OM et contribueront à revitaliser notre projet après une campagne décevante« , a commenté le propriétaire de l’OM, Franck McCourt, cité dans le communiqué.Comment Marseille a-t-il pu le séduire ? André Villas-Boas est sorti des radars européens depuis quelques années. Son exil en Russie (2014) mais surtout en Chine (2016) ont sérieusement fait chuter sa cote.

Andre Villas-Boas

Un choix surprenant

Il n’est plus vraiment le Special Two depuis son expérience très mitigée en Angleterre, et carrément ratée du côté de Chelsea. Pour revenir en Europe, il aurait accepté de baisser son salaire, mais France Football parle tout de même d’une rémunération de 600 000 euros bruts mensuels, soit près du double de celui de Rudi Garcia (250 000 euros mensuels). Il pourrait venir accompagné de Ricardo Carvalho, ancien défenseur de Porto et Monaco, qui a l’avantage de maîtriser le français.

Avec sa signature, ardemment désirée par le directeur sportif Andoni Zubizarreta, Marseille signe un vrai nom avec un pedigree censé maintenir les ambitions de l’OM. Mais son arrivée interroge. La carrière de Villas-Boas est faite de clubs aux moyens immenses (Chelsea, Zénit Saint-Pétersbourg, Shanghai) alors que Marseille, piégé par des résultats sportifs en berne, des contrats de joueurs qui ne correspondent plus à son standing en L1 et le fair-play financier, s’apprête à réduire la voilure. AVB pourra-t-il s’adapter à un train de vie bien moins dispendieux ? C’est le pari de l’OM.