Accueil A la Une Fraudes sur l’âge, réserves… La CAN U17 vire à la farce

Fraudes sur l’âge, réserves… La CAN U17 vire à la farce

La CAN U17 est en train de dégénérer en coulisses, avec de nombreuses accusations de fraudes sur l’âge.

Alors que des rencontres décisives pour la qualification ont lieu ce dimanche dans le groupe B, l’édition 2019 de la CAN des moins de 17 ans s’enflamme en coulisses. Au centre des polémiques, les habituels soupçons de fraudes sur l’âge, qui gangrènent et décrédibilisent année après année les multiples compétitions de jeunes sur le continent africain. Avant même l’ouverture du tournoi, les résultats des tests IRM avaient conduit la Confédération africaine de football à recaler plusieurs joueurs. La Tanzanie (2 joueurs), le Cameroun (3 joueurs) et la Guinée (1 joueur) avaient alors été épinglés. Mais aucune sanction supplémentaire n’avait été prise contre les pays concernés.

La guerre des communiqués

Malgré cette mansuétude de l’instance continentale, les choses auraient pu en rester là. Ce ne fut pas le cas : les défaites subies lors de la 2eme journée par le Maroc (1-2 contre le Cameroun) et par le Sénégal (2-1 contre la Guinée) ont mis ces deux pays vent debout. Des réserves ont été déposées samedi contre leurs adversaires respectifs : le Maroc accuse l’attaquant camerounais Aliom Moubarak Saidou d’être un “présu”, bien plus âgé qu’un U17, tandis que, selon Record, le Sénégal a pointé du doigt les Guinéens Ahmed Tidiane Keita et Aboubacar Conté. Le Cameroun (cf. ci-dessous) et la Guinée n’ont pas tardé à répondre à leurs adversaires, communiqués à l’appui. De quoi pourrir encore un peu plus l’atmosphère d’une compétition déjà plombée d’entrée par les flagrants délits de fraude.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici